On parle de moi

 

1378114 628501243866616 537843262 n 

Les X Men du handisport : l'affiche qui fait le buzz ! Publié le : 20/02/2013 Auteur(s) :   Handicap.fr Résumé : Un meeting rebaptisé, une affiche relookée pour le meeting d'athlétisme de Paris-Seine-Saint-Denis. Avec nos trois champions façon " X Men ", le sport paralympique voit les choses en grand !

Une affiche qui arrache et suscite l'engouement sur les réseaux sociaux. Après des décennies dans l'ombre, le handisport a décidé de devenir spectaculaire. Il est vrai que l'éclat de Londres 2012 a permis de gravir une (très haute) marche que se permettent d'emprunter d'autres évènements qui ont à leur tour pour ambition de donner aux sports paralympiques tout l'éclat qu'ils méritent.
Paralympiques : tous handicaps confondus
C'est notamment le cas du « Meeting d'athlétisme paralympique de Paris Seine-Saint-Denis ». Pour cette seconde édition, une nouvelle image et une nouvelle identité puisqu'il s'appelait en 2012 « Meeting international d'athlétisme handisport ». Un changement de terminologie qui s'explique par la nécessité d'intégrer l'intégralité des composantes du sport handicap en France : le handisport (handicap physique) aussi bien que le sport adapté (handicap intellectuel). Il faut en effet rappeler que les Jeux de Londres signaient le retour de ces derniers sur la piste après une mise sur la touche de plusieurs années.
La-Courneuve handi-citoyenne
Ce meeting, qui aura lieu le mercredi 22 mai 2013 à La-Courneuve, est une répétition générale avant les championnats du Monde d'athlétisme handisport de Lyon (en juillet 2013). 20 délégations et 250 athlètes sont attendus. De multiples animations seront également proposées : un village « handi-citoyen » qui fait la part belle au vivre ensemble, une journée conférence sur les relations entre les nouvelles technologies et le handicap, un pôle sport avec la découverte de 30 pratiques.
Trois champions offensifs
Cet évènement s'inscrit dans la lignée des plus grands évènements sportifs internationaux (écran géant, conférence de presse, affichage des résultats autour du stade...). L'affiche suscite la même dynamique avec un trio offensif : Marie-Amélie Le Fur, Arnaud Assoumani et Trésor Makunda, façon « X men », pas très souriants mais incontestablement superpuissants. Une déclinaison du handicap encore trop rare, qui laisse augurer qu'il peut être une force. On doit ce splendide cliché à Mamedy Doucara, champion du monde de taekwondo en 2001 et photographe de talent. Un visuel qui n'a pas fini de faire parler de lui ! Déjà 5 000 « likes » !

 

 

Article publié le 27 février 2013

http://www.iledefrance.fr/lactualite/sports-tourisme-loisirs/sports/de-lolympie-aux-lycees-la-meme-passion-du-sport/

De l’Olympie aux lycées, la même passion du sport

Athlète paralympique plusieurs fois médaillé, Trésor Makunda joue depuis 2004 le rôle d’Ambassadeur du sport auprès des jeunes. Rencontre.

 

 

« Mon parcours ? C’est un enchaînement de coïncidences et de belles rencontres… Moi, au fond, tout ce que je voulais, c’était courir. » À écouter Trésor Makunda, c’est quasiment le hasard qui l’a mené trois fois sur les podiums des Jeux olympiques et lui a passé autour du cou des médailles de bronze, d’argent et d’or. L’athlète international handisport semble avoir la victoire aussi modeste que naturelle. Pourtant, son parcours reflète la ténacité et l’énergie qui mènent ce Francilien de 29 ans, sur les pistes comme dans ses engagements auprès des jeunes, en tant qu’Ambassadeur du sport pour la Région depuis plus de huit ans.

 

102 Ambassadeurs du sport francilien et de l'olympisme, dont 36 issus du handisport, ont actuellement mission de promouvoir le sport et ses valeurs auprès des lycéens et apprentis d'Île-de-France.

Une seule envie : courir

Ne à Kinshasa, Trésor Makunda arrive en France en 1989 pour faire soigner ses yeux, abîmés par une cataracte mal traitée. Opéré, il restera malvoyant en raison d’une rétinopathie. Qu’importe, le petit Trésor n’a qu’une envie, à l’école comme pendant son temps libre : courir. « Au collège,  je courais dans les mêmes conditions que mes camarades voyants. Le prof de sport s’arrangeait toujours pour me placer au couloir extérieur, pour que je me repère plus facilement. Et, c’est vrai, je gagnais très souvent. » Il se met alors en tête de chercher un club pour pratiquer sa passion, poussé  par l’inspiration qu’il a ressentie en voyant son idole Carl Lewis courir. Mais, face à son handicap, les premières barrières se dressent : « On me disait “on te rappellera”, et puis jamais rien. C’était super frustrant j’étais souvent en pleurs. »

Avec les sprinteurs de Villejuif

Coup de chance ou destin, sa mère tombe, dans un magazine départemental, sur une annonce passée par un groupe de handicapés visuels qui cherchent à monter une équipe d’athlétisme. « Je ne souhaitais pas me lancer dans une discipline labellisée “handicap”, mais j’ai tenté quand même. » Au sein du club de Villejuif, Trésor rencontre l’entraîneur des sprinteurs valides et fait pression pour courir avec eux deux fois par semaine. « Il pensait que j’allais lâcher mais, quand trois mois plus tard il a vu que j’étais toujours là, il a compris que c’était du sérieux », sourit l’athlète.

 



 

Quelque temps plus tard, lors d’un entraînement dans les bois, ils croisent  Aladji Ba, sprinteur non-voyant multi-médaillé, qui court avec son guide. Cette rencontre lance Trésor Makunda sur le circuit handisport : invitation aux championnats de France où il remporte trois titres, championnats du monde… Le Francilien prend conscience qu’il est passé au haut niveau. Cela ne se fait pas sans quelques  tiraillements : « Les débuts ont été compliqués. Je ne vois pas assez pour courir seul en compétition, il a fallu me résoudre à courir avec un guide. Or cela me ramenait sans cesse mon handicap. C’était paradoxal : je me sentais assisté alors que j’aime le sport pour la liberté qu’il me procure. »

Athènes, Pékin, et Londres

Les victoires qui s’accumulent font passer la pilule : l’or aux championnats du Monde et d’Europe en 2005 et 2006 ; et, bien sûr, l’argent aux Jeux olympiques d’Athènes en 2004, le bronze à Pékin 2008 et deux médailles de bronze sur 100 m et 4x100 m à Londres, l’été dernier. Il revient des JO 2012 avec le souvenir « inoubliable de courir devant un stade de 80.000 personnes et une ambiance incroyable… ». Un bonheur qu’il partage, dans un sourire communicatif, avec les jeunes qu’il est amené à rencontrer en tant qu’ambassadeur régional du sport.  Face à ceux-ci, son charisme et son énergie font leur petit effet. Sa notoriété grandissante aussi : « Quand j’ai commencé à rencontrer des jeunes, en 2005-2006, ils ne me connaissaient pas. Maintenant, je n’ai presque pas besoin de me présenter, ils m’ont vu à la télé. »  Les questions des jeunes portent plus souvent sur le sport de haut niveau que sur le handicap, note le champion. Et à l’issue d’atelier d’initiation à la course avec guide, à l’aveugle, en compagnie de son guide Antoine Laneyrie, Trésor Makunda conclut d’un mot : « La confiance. C’est le maître-mot, celui que vous devez retenir. »

 

 

vincennes-fr.png

TRÉSOR GAUTIER MAKUNDA, 29 ans, sprinteur handisport

http://www.vincennes.fr/Culture-sports-loisirs/Sports/Jeux-Olympiques-en-route-pour-Londres/TRESOR-GAUTIER-MAKUNDA-29-ans-sprinteur-handisport

 

vincennes-photo.png

© Cyril Entzmann-ZIR

"Se nourrir des expériences passées".
À Athènes en 2004, il avait décroché l’argent. À Pékin, en 2008, il obtenait le bronze. Pour ses troisièmes Jeux Paralympiques, Trésor Makunda espère bien quitter Londres avec l’or autour du cou.

L’athlète malvoyant est engagé au départ du 200 mètres et du 400 mètres, catégorie T11. Ce niveau de handicap nécessite la présence d’un guide, pour orienter les pas du sportif sur la piste d’athlétisme.

À Londres, Trésor peut compter sur Edgar Onezou, l’un des cinq guides qui l’accompagnent au quotidien, durant les entraînements et les compétitions. Depuis 2005, les deux hommes partagent leurs foulées. Et la collaboration sportive s’est transformée en une profonde affection.

Notre amitié nourrit notre relation sur la piste, livre Trésor. Edgar est mes yeux : sans lui, je suis impuissant. Les médailles lui reviennent donc autant qu’à moi.

Entre deux éclats de rire complices, Trésor et Edgar évoquent la compétition, vécue en duo, façon tandem. "À quelques minutes de la course, lorsque les autres athlètes se retrouvent isolés, seuls face au stress intense qui monte, nous avons l’immense avantage d’être deux pour supporter la pression", raconte Trésor.
Et la pression, il y en a, malgré la décontraction affichée, qui semble exorciser toutes les peurs.

"Mes deux expériences des Jeux ont été tellement différentes, se souvient le sportif. À Athènes, régnait l’insouciance du débutant. Je n’avais rien à perde. À Pékin, en revanche, j’étais attendu, fort de mon statut de favori. Cette année, je pars bien préparé."

Si son palmarès est déjà bien fourni, Trésor espère ajouter l’or paralympique à sa collection de médailles. Et se rapprocher un peu plus de son idole de jeunesse, Carl Lewis.

Son Vincennes
"Pour moi, Vincennes est associée à l’Insep, un lieu où tous les sportifs partagent la même passion et s’inspirent mutuellement. Les objectifs de chacun créent une dynamique positive, qui permet de garder un niveau maximal d’exigence"

 

vo2-run.png

Jeux Paralympiques : Trésor Makunda voudrait l'or sur 400 mètres

http://www.vo2.fr/actualite/athletisme-jeux-paralympiques-tresor-makunda-voudrait-lor-sur-400-metres-06072012-5347.html

Publié le 06 juillet 2012 à 14h36, par O.B. 

photo-vo2.png

Photo Arno Waser

Trésor Makunda disputera les Jeux Paralymiques, sur 200 m et 400 m, dans la catégorie déficient visuel. L’athlète avait décroché l’argent sur 100 m en 2004, puis le bronze en 2008 sur 100 m et relais 4x100 mètres. Cette année, c’est sur le 400 mètres qu’il rêve de conquérir l’or qui lui manque. Un espoir légitime, puisqu’il pointe en tête des bilans mondiaux sur 400 mètres.

C’est à l’INSEP sous la houlette de Rodolphe Darsau-Carré que Trésor Makunda s’est préparé pour ce nouveau rendez-vous olympique, son 3ème après Athènes et Pékin. Un nouvel entraîneur choisi après deux saisons difficiles, où il a accumulé les blessures.

Trésor rêve de conquérir le titre olympique sur 400 mètres, et sa saison 2012 s’avère prometteuse, avec le record d’Europe du 400 m en salle catégorie T11, soit 53’’44, et le record de France du 60 m en salle catégorie T11, soit 7’’45.

Au quotidien, il s’est préparé aux côtés de quatre guides, qui l’accompagnent dans tous ses entraînements. Edgar Ozenou est son guide sur 200 m, avec lequel il a gagné ses titres de champion d’Europe, champion du Monde, et sa médaille de bronze sur 100 m. Cette année, dans l’optique du 400 m, Edgar a été rejoint par Emeric Chattey, ancien spécialiste de 400 m haies, et aussi par Rémi Wallard, champion d’Europe en salle du 4x400 m en 2005, et Antoine Laneyrie, coureur de 400 m haies, afin de palier à tous risques de blessures du guide. Un seul athlète de ce quatuor pourra accompagner Trésor Makunda à Londres

Dans sa préparation, Trésor Makunda est soutenu par adidas, la Française des Jeux, mais aussi cette année, par Optic 2000, qui a choisi la solidarité comme axe de communication, et a ainsi souhaité épauler l’athlète pour le symbole de solidarité que représente le duo Trésor et son guide. Optic 2000, également très investi dans la recherche des maladies génétiques oculaires avec l’AFM Téléthon, a équipé Trésor Makunda, avec des lunettes Oxbow. 

 

 

afrik.png

http://www.afrik.com/article26134.html

 

Trésor Makunda qualifié pour les Jeux Paralympiques

Communiqué de Presse Trésor Makunda

vendredi 6 juillet 2012

L’évènement le plus important pour un sportif est d’obtenir son billet pour les Jeux Olympiques ou bien là en l’occurrence pour les Jeux Paralympiques.

Trésor Makunda, athlète de haut niveau déficient visuel a décroché sa qualification aux Jeux de Londres sur 200m et 400m. Il cherchera à obtenir, lors de ces Jeux, le seul titre qui lui manque : la médaille d’Or olympique.

C’est après deux saisons difficiles, compromises par des blessures, que Trésor a décidé de construire sa propre structure d’entraînement en choisissant un nouvel entraîneur Rodolphe Darsau-Carré.

A sa dernière participation aux jeux paralympiques, Trésor décroche la médaille de bronze sur 100m et 4x100m.

Etant en tête des bilans mondiaux sur 400m depuis le début de saison, c’est en tant que favori qu’il ira défier les brésiliens, leader de la discipline dans les catégories de déficient visuel, sur la terre londonienne.

Pour aller décrocher l’Or, le travail qu’il effectue avec son entraineur est primordial jusqu’au mois de septembre au sein de l’INSEP.

C’est avec le soutien de ses partenaires Adidas et la Fondation Française des Jeux que Trésor a pu retrouver le niveau International. Ils lui ont apporté la confiance nécessaire pour construire la structure lui permettant de se qualifier et de se confronter aux meilleurs athlètes paralympiques.

La confiance et le soutien, Trésor les a également obtenus de son nouveau partenaire Optic 2000. L’enseigne a fait de la solidarité et de la citoyenneté son axe de communication majeur aujourd’hui. Optic 2000 est également très investi dans la recherche des maladies génétiques oculaires avec l’AFM Téléthon.

Trésor Makunda, qui court en symbiose avec son guide, est le symbole de cette solidarité. Trésor porte, à l’entraînement comme en compétition, des lunettes Oxbow pour Optic 2000. Le Parcours de Trésor Makunda est un message d’espoir pour tous les malvoyants.

Vous pourrez retrouver Trésor Makunda à Londres à partir du lundi 3 septembre pour les séries et demi-finales du 200m, le 4 septembre pour la finale du 200m et les 6, 7, 8 septembre, respectivement, pour les séries, demi-finales et finale du 400m.

 

fca.png

OPTIC 2000 en course avec Trésor Makunda

http://www.commerce-associe.fr/article/optic-2000-en-course-avec-tresor-makunda

ph-fcpa.png

 

L'enseigne apporte son soutien à Gautier Trésor Makunda, jeune homme de 29 ans, déficient visuel depuis sa naissance à la suite d'une cataracte qui s'est infectée.

Athlète de haut niveau, double médaillé de bronze sur 100 mètres et 4 X 100 mètres aux Jeux Paralympiques de Pékin en 2008, Trésor Makunda remettra son titre en jeu à Londres en septembre 2012.

Ce soutien poursuit la démarche solidaire et citoyenne du groupe qui mène de nombreuses actions autour de la vue et de l’audition. 

 

 

 

la-rep.png

http://www.larep.fr/loiret/sports/actualite/athletisme/2012/05/16/lathlete-de-lasfas-a-des-chances-daller-a-londres-cet-ete-en-tant-que-guide-1168733.html

 

L’athlète de l’ASFAS a des chances d’aller à Londres cet été en tant que guide

photo-emeric.png

Spécialiste du 400m haies, Émeric Chattey s’est reconverti dans le seul tour de piste pour les besoins de la cause paralympique.?
Credit : photo : pascal proust

Le binôme que forme le Saranais avec le malvoyant Trésor Makunda est bien parti pour se produire à Londres cet été, pour peu qu’il rabote un peu son record sur le tour de piste.

Il est des propositions qui ne se refusent pas. « Veux-tu être le guide d'un malvoyant, triple médaillé paralympique, qui rêve de finir sa carrière à Londres ? », en fait incontestablement partie. Émeric Chattey, 26 ans dont bientôt deux passés dans les rangs de l'ASFAS, n'a pas hésité bien longtemps avant d'y répondre favorablement, l'été dernier. Et pas seulement parce que Rodolphe Darsau, l'un de ses bons amis, a joué les intermédiaires avec Trésor Makunda, son désormais complice sur la piste.

« On s'était déjà croisé quelques fois, mais on ne se connaissait, pour ainsi dire, pas. À l'invitation de Rodolphe, on a vraiment lié connaissance, début août à l'Insep. On a échangé et marché un peu. Il m'a dit sa difficulté à trouver un guide. Le soir même, j'acceptais le deal », se rappelle ce spécialiste du 400 m haies, reconverti sur le seul tour de piste pour les besoins de la cause paralympique.

« Une expérience que je souhaite à tout le monde »

« Une expérience de vie que je souhaite à tout le monde », qui a eu raison de son envie de retraite, prévue après les Nationaux 2011. « Je me voyais bien arrêter après ce qui aurait été mon premier titre. Malheureusement, cela ne s'est pas passé aussi bien que je l'espérais, avec une 4 e place. Si bien qu'après ça, je ne savais plus trop quoi faire : finir là-dessus ou retenter ma chance l'année suivante… » Ce ne sera donc pas plus l'un que l'autre, après que soit tombée cette proposition de service providentielle ; aussi galvanisante que gourmande en temps et en énergie.

Les habitués du stade Colette-Besson peuvent l'attester : pas un jour ou presque, sans qu'Émeric Chattey ne sue sang et eau sur la piste de l'enceinte saranaise. Sauf le lundi - jour de repos pour l'hôte de banque qu'il est dans le civil - dévolu à sa seule séance hebdomadaire avec Trésor Makunda, programmée à l'Insep. « On y travaille notre relation guide-athlète. Ce n'est pas rien d'être relié à quelqu'un par un velcro ! Le plus dur reste les virages que je dois lui annoncer en criant », décrit le sociétaire de l'ASFAS, codétenteur depuis cet hiver du record d'Europe du 400 m indoor handisport T11 (53"44).

Minima exigeants

Flashé, il y a quelques jours à 52"79 sur la piste découverte d'Aix-les-Bains, le binôme a signé ce soir-là la meilleure performance mondiale de l'année de sa catégorie. Mais ne satisfait pas encore aux minima de la Fédération française du handisport (51"00), autrement plus exigeants que ceux de la Fédération internationale (56"00). « On a jusqu'à la fin juin pour réussir notre pari, sachant que si à ce moment-là on est toujours en bonne place aux bilans mondiaux, on aura de bonnes chances d'être envoyé à Londres », veut croire Émeric Chattey. Dont la chasse au chrono fera étape, ce soir, à Saint-Denis…

Raphaël Coquel
raphael.coquel@centrefrance.com

 

base-vision.png

 http://www.vision-solidaire.optic2000.com/rubrique-la-prevention/actualites

Optic 2ooo soutient Trésor Makunda. Objectif : les Jeux Paralympiques de Londres

Trésor Makunda, 28 ans, est déficient visuel. Déjà médaillé d’argent sur 100 mètre aux Jeux Paralympiques d’Athènes, double médaillé de bronze sur 100 mètres et 4 x 100 mètres aux Jeux de Pékin, Trésor cherchera à remporter la médaille d’or, le seul métal qui lui manque, lors des Jeux paralympiques de Londres, en septembre 2012.

 

optic.png

Malvoyant et champion olympique

Trésor Makunda court avec un guide, lié à lui par un lien élastique de 10 cm de diamètre, ce qui nécessite une synchronisation et une entente parfaite. Suivre une course de Trésor Makunda, c’est matérialiser la solidarité qui est l’une des valeurs fortes soutenues par Optic 2ooo et c’est pourquoi l'enseigne et son réseau de près de 1200 opticiens ont décidé de le soutenir.

 

Trésor Makunda est déjà présélectionné pour les Jeux Paralympiques sera connue début juillet. Il a toutes ses chances d’être sélectionné puisqu’il fait partie des 4 à 5 meilleurs athlètes mondiaux de sa discipline. Son principal adversaire est le brésilien Lucas Prado. Il participera au 100 mètres, 200 mètres et pour la première fois à l’épreuve du 400 mètres.

 

Pour Optic 2ooo qui accueille les malvoyants dans son centre de Basse Vision Cecom à l’Institut de la Vision, c’est un exemple et un message d’espoir pour tous ceux qui sont touchés par la déficience visuelle.